Le Covid et ses conséquences sur le travail

Au cœur de toutes les conversations, il n'y en a eu que pour lui.

Le covid a phagocyté toute l’actualité et à sa manière il a été le phénomène de l’année.


Mais derrière l’épidémie et ses contraintes, quelles ont été les répercussions sur nos habitudes de travail ?


Il n’est un secret pour personne, les confinements et le couvre feu ont totalement bouleversé les usages. Circonstances obligent, le télétravail est devenu la pratique reine lors du premier confinement. Et son taux est resté assez stable par la suite. Incontestablement il a fait des nouveaux adeptes.Et il s’est largement étendu.


  • Télétravail: Un raz-de-marée dans un verre d’eau ?

Et pourtant lorsqu’on y regarde de plus près cette augmentation reste tout de même à relativiser. Fondamentalement le taux de salariés pratiquant le télétravail entre 2019 et 2020 n’a que très peu augmenté. Il est passé de 30% à 31%. C’est en réalité le nombre de journées effectuées en télétravail qui a connu une forte croissance. Il est passé de 1,6 jours par semaine à 3,6 jours par semaine fin 2020. Autrement dit, le nombre de personnes télétravaillant est resté sensiblement le même, mais par contre il est vrai que le temps passé en télétravail s’est fortement accru.


  • Une alternative crédible et durable ?

Le télétravail jouit encore d’une belle popularité mais il n’a plus autant la cote.

L’opinion favorable le concernant a connu une baisse entre 2019 et 2020. En passant d’une note de 8/10 à 6,9/10. Mais elle reste encore globalement positive.


D’ailleurs 67% des dirigeants sont favorables à la mise en place du télétravail au sein de leur entreprise. Et seuls 14% des télétravailleurs ne souhaitent pas faire perdurer ce fonctionnement après cette crise. ( Qui s’éternise un peu trop ! )


Néanmoins 30% des télétravailleurs ne souhaitent pas que ce mode de travail devienne pour autant une obligation.


On comprend bien que pour beaucoup, le juste milieu serait un peu mais pas trop non plus ! Le télétravail s’est affirmé comme étant une alternative crédible mais pas forcément comme étant une solution permanente à long terme. Les salariés restent attachés aux échanges et à la vie sociale que permet la présence au bureau.


La durée moyenne idéale de télétravail, pour les salariés concernés serait de 2 jours par semaine.


Quoiqu’il en soit, le Covid a bien malgré lui, libéré des nouveaux usages de travail qui s’adaptent davantage au confort du salarié