Je suis jeunes diplômés : qu'est-ce que je vaux ?


Vous allez sans doute bientôt faire votre entrez dans la vie active et vous vous interrogez sur le salaire que vous pouvez espérer ? Les conditions que vous pouvez négocier ?

Afin de ne pas vous montrer déconnecté(e) de la réalité du marché, on vous donnes quelques conseils pour vous évaluer au mieux.


Comment bien négocier son salaire ?

La négociation de votre salaire avec votre future entreprise porte sur plusieurs facteurs : Le secteur économique de la société, le nombre de salariés, sa localisation, son chiffre d’affaires et évidemment votre expérience et le métier visé. Mais en tant que jeune diplômé dois-je toujours demander plus que ce que je veux ?

"Entre nous, il vaut mieux viser un peu plus haut pour tomber sur le bon chiffre… mais il ne faut pas non plus que ce soit démentiel et paraître irréaliste".

Finalement, que vous soyez jeune diplômé, débutant ou senior, la règle est la même pour tous : demandez plus pour l’emploi visé pour obtenir une somme qui vous convienne.


Notre conseil : réfléchissez en amont à votre package salarial souhaité (salaire fixe, salaire variable et éventuellement avantages en nature). Vous devez parler le même langage que le recruteur.


Au delà du salaire, que pouvez-vous négocier ?


– L’intitulé du poste.

N'hésitez pas à jouer sur certains intitulés, il y en qui sont plus flatteurs et plus faciles à valoriser sur le marché du travail. “bras droit” plutôt que simple “assistant”, “ingénieur en développement” au lieu de “développeur”, etc.


– Les fonctions et le statut.

Vous avez aussi la possibilité de négocier négocier le descriptif de vos missions, vos responsabilités ainsi que le statut, ou non, de cadre. À savoir, le statut de cadre possède autant d'avantages que d'inconvénients, qui sont en partie conditionnés par l’entreprise et la convention collective. ( Les charges sociales retenues sur le salaire sont légèrement plus élevées (environ 25% contre 23%), la retraite complémentaire plus importante, la durée de la période d’essai et le préavis de départ plus longs, les horaires plus flexibles et les RTT plus nombreux.


– Les horaires et le télétravail.

Si vous savez négocier comme un pro, vous pouvez aller encore plus loin. Par exemple, il est possible d’obtenir des horaires variables plutôt que fixes, fixer une demi-journée de RTT un vendredi après-midi sur deux, faire du télétravail 1 jour par semaine, etc.


– Les congés.

Vous avez déjà prévu vos vacances d’été mais vous n’aurez pas accumulé assez de jours de congés le moment venu ? Parlez-en, car il est possible de bloquer ces dates à l’avance, de prendre des jours sans solde ou encore de l’avance sur vos RTT.


– La clause de non-concurrence.

Cette clause est courante dans les métiers techniques et spécialisés. Elle doit remplir plusieurs conditions. Différents aspects sont négociables : la compensation financière et la limitation dans le temps.


– La clause d’exclusivité.

Cette clause vous interdit d’exercer une autre activité professionnelle, même avec un statut de micro-entrepreneur. Si vous souhaitez lancer un projet parallèle ou avec une quelconque activité indépendante, pensez à demander à votre employeur de la lever en lui expliquant pourquoi.


Qu'est-ce que je peux bien mettre en avant, si je n'ai pas d'expérience ?

Junior ne veut pas dire sans expériences.. on ose espérer que votre recruteur en est conscient !

Quand une entreprise recrute un junior, on mise sur son potentiel plutôt que sur son expérience.

Posts récents

Voir tout

© 2021 Madircom | Talent Management groupe | Agence de recrutement & de conseil RH pour Startup, TPE et PME en France |