Entretien d’embauche : savez-vous décrypter le langage corporel du recruteur ?

Les recruteurs aiment scruter, décrypter et analyser le comportement des candidats..Et si le moment était venu de renverser la tendance ? Car finalement, peu importe la position dans laquelle on se trouve, quand on maîtrise les bons outils pour décrypter l’autre ! Pour réussir à mieux cerner le/la recruteur•se en entretien d’embauche.

Comment décrypter son recruteur ?

Pour comprendre un recruteur, il faut en premier lieu observer ce qui se passe autour de soi plutôt que de se concentrer sur ce que l’on dégage. Nous avons souvent tendance à se concentrer sur nos propos et notre manière d’être, on en viendrait presque à oublier le principal intéressé : le recruteur. Or, ne cherchez pas plus loin, chaque indice sur le succès ou non de notre entretien nous sera donné par lui et lui seul, alors ouvrez l’œil !


1. Réussir à s’adapter dès le début

Pour fluidifier toute forme de communication, rien de mieux que l’adaptation. Dès lors que l’on cale notre attitude sur celle de la personne en face, on favorise une synchronisation des mouvements. Et lorsqu’un échange se déroule sans accrocs, les langages corporels se connectent instinctivement entre eux.

Attention à ne pas imiter votre interlocuteur, mais essayez d'être conscient que la base de l'échange sera donnée et guidée par l'autre, dans l'optique que vous soyez en phase.


2- Sachez discerner le bon feeling…

Globalement, nous avons tous discerne lorsqu'un entretien se passe bien. Mais dans le doute, voici quelques clés pour vous confirmer cette bonne impression :

  • Son intérêt pour l'échange

Si le recruteur est ouvert à la communication et qu’il témoigne d’un réel intérêt pour votre candidature, sa chaise devrait être positionnée au centre de la table et le corps penché en avant vers vous.

S’il touche la zone du front, c’est qu’il réfléchit ! Cela signifie non seulement qu’il est réellement intéressé par vos propos, mais aussi qu’il est en train de les intégrer, voire de se projeter ?

S’il cligne les paupières c’est bon signe ! Cligner des yeux permet de mémoriser une information donnée, ce qui témoigne de son ancrage dans le moment présent.

  • Son enthousiasme à votre égard

Des sourcils en mouvement sont toujours très positifs, car la zone des sourcils symbolise le lien. Cela veut dire qu’on va à la rencontre de l’autre. Lorsqu'une personne à l'air moins sympathique, c'est souvent qu'elle est figée..voir crispée du visage..

S’il sourit en réaction à vos propos, Bingo ! C’est presque toujours un signe de satisfaction ou d’encouragement. Pour déceler un vrai sourire franc, rappelez-vous qu’il se fait avec tout le visage, contrairement au sourire social qui se concentre seulement sur le bas du visage. Lorsqu’on sourit vraiment, ça se voit et ça s’entend ! Alors ne voyons pas le masque comme un obstacle aux sourires, mais plutôt comme un moyen de détecter enfin les vrais des faux.


3- le mauvais feeling

C'est beaucoup plus difficile.. donc voici quelques conseils clés qui sont souvent mauvais signe .. Le but étant de les repérer le plus vite possible pour, bien sûr, changer la donne en votre faveur !

  • Gérer le mécontentement

Si le recruteur se gratte la zone de la joue, cela relève de l’agacement et de l’énervement. Réfléchissez à ce que vous avez bien pu dire ou laisser sous-entendre pour rectifier le tir !

S’il est avancé sur sa chaise pendant que vous parlez et que d’un seul coup il recule, c’est qu’il se met en retrait de la communication. Autrement dit, quelque chose dans vos propos lui a déplu ou lui a demandé un recul qu’il n’avait pas envisagé. Il va alors falloir trouver une astuce pour le ramener au cœur de la communication.

S’il se gratte dans la zone du cou, c’est que la communication est compliquée, que quelque chose passe difficilement, et s’il croise les mains derrière la tête, c’est que l’échange est un peu trop lourd à son goût. À ce moment-là, il convient de simplifier ce qu’on l’est en train de raconter ou même d’abréger à l’aide d’un « pour synthétiser » ou encore d’un « pour conclure ». Toujours efficace.

  • L’ennui

Si le recruteur ne cligne plus des paupières ou que très rarement, c’est souvent que vous l’avez perdu, est-ce bien vous qu’il fixe en hochant la tête ? Dans ces cas-là, vous observerez une certaine immobilité du corps puisque la personne se fige alors dans sa position.


Enfin, pour bien observer, il n’y a pas de secret : restez à l'aise avec le fait que vous allez être surveillé et épié.


Suivez Madircom sur Facebook, LinkedIn et Instagram !

30 vues0 commentaire